18 août, 2015

Ce que la sophrologie a changé en moi.

Des mois que j'essaie de taper cet article et que je bloque. Des mois que je ne sais pas comment m'exprimer, comment écrire que la sophrologie m'a fait plus de mal que de bien. 

Tout d'abord, loin de moi l'idée de diaboliser cette pratique, elle m'a fait beaucoup de bien sur le moment, j'ai appris de bonnes techniques de respiration et je me suis initié à la méditation. Je pense simplement ne pas avoir "terminé"... J'essaie de ne pas me blâmer, la vie est ainsi faite de choix et de renoncement.

Je m'en veux, de m'être lancée dans cette remise en question sans avoir les moyens financiers qui suivent. J'en veux aussi à la praticienne qui ne m'a pas prévenue des risques d'un arrêt aussi brusque... Je crois que c'était aussi une partie de son boulot.



J'ai commencé la sophrologie pour me détendre alors que je passais le permis. Je l'ai raté une première fois, ait pris la décision de passer en automatique et l'ai eu à la deuxième tentative, détendue. Est-ce que la sophrologie a joué un rôle là-dedans ? Je ne pense pas. J'en étais persuadée quand j'ai reçu le fameux papier "admis" mais avec le recul, je pense que ça n'a rien à voir. Ce permis, je ne le dois qu'à moi-même et à ma décision de le passer en boîte automatique, et non pas manuelle.

Comment quelque chose qui m'a fait autant de mal par ailleurs aurait pu m'aider à avoir ce précieux sésame ? Vous avez 4 heures. 

J'ai toujours été une personne très angoissée, j'ai toujours eu peur de tout. Mais j'ai appris à vivre avec ces phobies, de la bonne manière ou non, j'ai décidé de cesser de m'écouter et de passer outre. Je vis chaque jour avec mes peurs. Ma peur de me blesser et d'aller à l'hôpital ne m'a jamais empêchée de sortir, de cuisiner... Ce n'est peut-être, sans doute, pas la bonne solution, mais j'ai tout enfoui en moi et j'ai décidé de vivre comme n'importe qui (ou à peu près).

La sophrologie a tout fait ressortir. Toutes mes phobies. Toutes celles qui auraient pu être handicapantes mais que j'ai empêché d'être. Ma peur de me blesser : je n'arrivais même plus à sortir un plat du four, tellement j'avais peur de me brûler. La peur des hôpitaux et des médecins : je me suis interdit d'aller voir le médecin malgré une infection et des douleurs au ventre incroyable, parce que j'étais persuadée qu'il allait m'envoyer à l’hôpital. Ma peur des insectes. Toutes. Mes. Peurs.

Je suis devenue aussi beaucoup plus sensible, beaucoup plus à fleur de peau. Je suis déjà quelqu'un qui pleure beaucoup, notamment quand je suis en colère. Mais je me suis mise à pleurer pour tout. Colère, joie, bonheur, tristesse... Je n'en suis toujours pas revenue pour le moment.

Depuis que je suis en Nouvelle-Zélande, j'ai beaucoup de temps pour penser à moi et pour me remettre d'aplomb. Mes phobies vont mieux, j'apprends de nouveau à vivre avec. Même si je suis capable de me déclencher une crise d'angoisse pour un mal de ventre, parce que je pense que j'ai l'appendicite... 
J'ai aussi beaucoup de temps pour réfléchir, et je me rends compte, que, non, la sophrologie ne m'a pas fait de bien. Pas du tout.

Je suis très "bon public" pour ce genre de choses, je pars très vite et je pense que c'est ce qui m'a aussi joué des tours. Impossible pour moi de commencer une "thérapie" de la sorte et de ne pas la terminer. J'ai ouvert la boîte de Pandore et il me faut régler mes problèmes un à un. 

La question ne se pose pas ici, je n'ai pas l'argent, ni l'envie de reprendre des séances, surtout pas en anglais. Mais je me suis mise à la méditation, j'en ai déjà parlé, et au yoga depuis quelques semaines, je réapprends à vivre avec mon corps et à m'accepter (j'avais écrit "me tolérer", révélateur, non ?) comme je suis. 

Et vous ? Des bonnes, mauvaises expériences ? Yoga, méditation ? Rien du tout ? Dites moi tout :-)
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. je te comprends tellement, j'ai des peurs et je suis sujette aux crises d'angoisse meme si j'en fais beaucoup moins qu'avant. Je n'ai ni essayé la sophrologie ni le yoga, mais le yoga ne me laisse pas indifférente, me reste la motivation à m'y mettre et m'y tenir. Pour les angoisses, il reste le psychologue, certes c'est payant, mais ça aide beaucoup !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le psy peut être une bonne solution mais je voulais traiter un problème ponctuel et non pas faire une thérapie...Je pense que c'est aussi le boulot du professionnel de dire que oui on va traiter le problème perso mais aussi que ça fera remonter d'autres choses mais ça n'a pas été dit. Le yoga c'est vraiment top, c'est un état d'esprit plus que des poses, mais c'est vraiment reposant et "recentrant", tu devrai essayer ;-)

      Supprimer
  2. La sophrologie aide à mieux se connaitre, à prendre conscience de ce qui se passe en nous, sans jugements ni a priori et à mobiliser nos ressources... Il ne s'agit pas d'une thérapie ou de soigner des phobies, sauf si c'est le domaine de compétence du professionnel (ou si la sophrologie s'accompagne d'un traitement psychothérapique en parallèle). Le sophrologue transmet des techniques que la personne pourra utiliser en autonomie dans son quotidien, et propose une qualité d'écoute bienveillante. Il ne se concentre pas sur le problème ou le symptôme (même s'il le prend en compte), mais sur la globalité de la personne. Peut-être que la sophrologie a fait émerger des choses en toi, et que cela nécessiterait un autre type d'accompagnement qui te convienne davantage (la TCC, par exemple, très efficace concernant les phobies)... La relation avec le sophrologue joue beaucoup, aussi. Je trouvais intéressant de t'apporter ces quelques précisions, car vous ne les avez peut-être pas abordées ensemble...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la personne avec qui j'ai pratiqué ne m'a pas vraiment renseignée sur le fait de s'interroger d'autres manières en même temps. Je cherchais vraiment un truc d'appoint, pas une thérapie, même si j'en avais sans doute besoin...

      Comme je le dis, je ne cherche pas du tout à diaboliser la pratique qui m'a, par ailleurs, fait du bien sur certains points, mais juste à apporter un autre point de vue, et à m'interroger sur ce que ça a changé en moi, et pourquoi...

      Supprimer
  3. Je pratique du yoga et de la méditation, cela m'aide à plus être détendue et à mieux gérer mes émotions et mes pensées. En complément, je pratique également de la réflexologie plantaire et bientôt les bains dérivatifs, ces méthodes gratuites aident aussi à gérer les crises d'angoisses mais je le fais plutôt pour avoir une meilleure santé.
    Bon courage pour faire face à tes peurs! Moi aussi j'ai peur des insectes mais récemment, j'ai l'impression d'en avoir moins peur... ces dernières années, j'ai de plus en plus confiance en moi et je sais un peu plus où je vais dans la vie. Peut-être que cela joue t-il sur les peurs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la confiance en soi joue effectivement énormément... Depuis la Nouvelle-Zélande, je suis "en contact" avec des insectes et ça devient un peu plus facile pour moi, je me reconstruis peu à peu. La méditation et le yoga m'aident énormément à gérer mes peurs et à rester dans le moment présent. On est sur la bonne voie ! Merci pour ton petit mot :-)

      Supprimer

Un petit mot ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...